Accueil > Chine, Politique > Obama prisonnier de sa dette chinoise

Obama prisonnier de sa dette chinoise

« Business as usual ». Les Américains sont très forts pour faire leur cette maxime détestable mais ô combien pratiquée en ces temps de libéralisme effrené.

La visite d’Obama en Asie et son incapacité à faire avancer les chinois sur divers dossiers, notamment le dossier nucléaire nord-coréen, ont démontré la nouvelle donne stratégique en Asie: les Etats-Unis sont affaiblis.

Les dettes de Wall Street aux mains du PC chinois

Notre prix Nobel de la Paix aurait bien aimé s’affranchir de son devoir de réalisme lors de son passage en Chine et prêcher ses bons préceptes universalistes, mais les faits sont tétus.

Les Etats-Unis ont les pieds et poings liés par la dette publique. Et leur principal bailleur n’est autre que l’empire du milieu. Ironique n’est-ce pas de savoir que le système capitaliste mondial et tous ses excès est financé par la gérontocratie crypto-marxiste de Beijing.

Mais au-delà du clin d’oeil, Obama et les Etats-Unis en général, toute superpuissance qu’ils sont sont bien embarrassés quand il s’agit de faire des leçons de morale à la Chine en matière de démocratie ou de droits de l’homme.

Impuissance américaine face aux provocations nord-coréennes

Encore que… les américains savent s’accomoder avec les principes quand leurs intérêts sont en jeu! Non, la question la plus problématique pour Obama c’est que la Chine est un acteur incontournable de la crise nord-coréenne, à la fois élément modérateur et perturbateur selon ses intérêts stratégiques.

Le gouvernement chinois se sert depuis des années (en réalité depuis que le régime pourri de Pyongyang a beosin des subsides chinois pour nourrir sa population.

Le petit jeu du chat et de la souris nucléaire auquel se livre la Corée du Nord est en permanence alimenté et dirigé en sous-main par des chinois satisfaits d’asseoir leur domination régionale.

De la difficulté de négocier avec ses créanciers…

Et la dette dans tout ça? Ben, il est difficile de faire pression sur un gouvernement d’un pays qui détient plus de 30% de votre dette extérieure et auquel vous versez chaque année 50 milliards de dollars d’intérêts.

Obama est donc partie faire de la figuration à Pékin (chose qu’il fait très bien d’ailleurs).

L’expression de Mao est plus vraie que jamais : les Etats-Unis sont un tigre de papier en Asie et ne font plus peur à personne…

Publicités
Catégories :Chine, Politique Étiquettes : , , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :