Accueil > Scandale > Juppé, Roussin, Marchiani,… : victimes collatérales du système Chirac

Juppé, Roussin, Marchiani,… : victimes collatérales du système Chirac

Qu’ils soient barbouzards ou énarques, les personnalités ayant cotoyé Jacques Chirac ont un point commun : ils ont à un moment ou à un autre servi de fusibles pour préserver les ambitions présidentielles du faussement débonnaire « Papy des Français » et en ont payé le prix fort.
Prison, illégibilité, réputation piétinée… pas de pitié pour les seconds-couteaux d’un Jacques Chirac, qui gageons-en ne sera jamais réellement inquiété pour ses actes…

Jacques Chirac passe une retraite dorée. Personnalité préférée des Français, Super-menteur se la coule douce dans l’hotel particulier que lui prête gracieusement un milliardaire libanais, ancien premier-ministre d’une puissance étrangère !

Mais passons sur cette broutille qui ne semble choquer personne ! Il est aujourd’hui de notoriété publique que la carrière politique de Jacques Chirac et son ascenscion jusqu’à la présidence de la république se sont faits grâce à la mise en place d’un système politique mafieux dont il était le parrain.

Enrichissement personnel ? Compte au Japon ou pas ? Le problème n’est même pas là. Ce que la justice n’ose pas reprocher à Jacques Chirac et que pourtant tout le monde sait, c’est le financement pendant vingt ans de son mouvement politique, le RPR, par des méthodes dignes de la Camorra : marchés publics truqués, emplois fictifs, malettes de liquide d’entrepreneurs, fonds secrets,…

Plusieurs procès attestent de ces pratiques et plusieurs personnalités de droite ont été condamnées. Mais Jacques Chirac , d’abord protégé par son immunité présidentielle et aujourd’hui par sa popularité surréaliste ne sera jamais inquiété. Il n’est pourtant pas compliqué de voir à qui profite le crime.

Michel Roussin, le directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris n’a pas été ménagé lorsqu’il a du répondre du financement occulte du RPR et des emplois fictifs de la mairie de Paris. Fort occupé, Jacques Chirac n’était au courant de rien ! Préventive et carrière brisée !

Alain Juppé, l’éternel premier de la classe qui n’a jamais du voler un bonbon dans une épicerie de sa vie, s’est lui vu condamner à de la prison avec sursis et de l’inéligibilité pour couvrir le « boss » sur les emplois fictifs du RPR. « Le meilleur d’entre nous« , comme l’appelait Chirac n’aura jamais le destin dont il révait.

Le cas de Jean-Charles Marchiani n’est guère différent. L’homme de l’ombre des services secrets, qui était chargé par Chirac de conserver discrètement des fonds politiques a été lâché en rase campagne par son mentor. Le barbouzard, transformé en préfet par Jacques Chirac, est devenu un inconnu pour l’ancien président lorsqu’il a fallu justifier les fonds secrets qui lui étaient alloués et auxquels il ne touchait pas…

Roussin, Juppé, Marchiani. Trois exemples parmi tant d’autres (les plus médiatiques seulement) de collaborateurs de Jacques Chirac trainés dans la boue pour protéger la carrière de Jacques Chirac.

Pendant ce temps, le vieux président, adulé par les Français, a perdu la mémoire. Pas vu, pas pris !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :