Accueil > Contrats, Scandale > Mediator, hypocrisie et société de la « précaution »

Mediator, hypocrisie et société de la « précaution »

Hypocrisie ? La France découvre à l’aune du scandale du Mediator que les médicaments ne sont pas des bonbons et qu’ingérer des substances actives peut guérir… mais aussi tuer.

Le Mediator est devenu en quelques semaines l’ennemi public numéro un. « Le médicament qui tue » fait la une de tous les journaux et par un ricochet un peu facile le groupe Servier s’est vu pousser des cornes et on fait semblant de découvrir les mœurs interlopes de l’industrie pharmaceutique et du monde politique.

Loin de moi l’idée de défendre ces marchands de pilule qui nous poussent depuis des décennies à consommer plus (de médocs) pour engraisser plus (leurs actionnaires) ! Mais la chasse aux sorcières de ces dernières semaines contre Servier et Mediator a malgré tout quelque chose de dérangeant et de fondamentalement hypocrite.

En pointant du doigt un médicament, un labo, un secteur,… on s’exonère surtout de nos responsabilités et les médias passent sous silence le vrai enjeu de cette problématique : notre rapport à la santé, aux médicaments et plus généralement à la question du risque.

Depuis la nuit des temps, les Hommes savent que les meilleurs médicaments sont aussi des poisons, et que la différence entre les deux réside toujours dans le dosage. Certaines découvertes médicales se sont révélées révolutionnaires, d’autres inutiles voire nocives…

Même les thérapies efficaces se révèlent parfois dangereuses et difficiles à supporter pour le corps humain. Combien de patients du cancer ne sont pas morts de leur maladie, mais des effets secondaires de leur chimio ?

« Cachez ce sein que je ne saurais voir ! » Notre société puritaine et aseptisée ne supporte plus les dangers inhérents à la vie et a fortiori à la médecine. A l’heure où le principe de précaution a été inscrit dans la Constitution, nous ne tolérons plus les risques incontrôlés.

La faute sans doute aux récents scandales de santé publique : vache folle, sang contaminé, hormones de croissance,…Autant de sujets qui ont fait les choux gras de la presse et durablement tétanisé la classe politique.

Le Mediator, médicament anti-diabétique contesté devenu à force de prescriptions injustifiées un vulgaire placebo pour bourgeoises en surpoids, n’est que le dernier bouc-émissaire que nous nous sommes choisis pour ne pas avoir à remettre en cause notre mode de « consommation » de médicaments.

Plus que sur sa dangerosité et sa mortalité, la lumière doit évidemment être faite sur les lenteurs du retrait du Mediator… Mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Le risque zéro est un mythe de journalistes qui  n’existe pas en matière de santé.

Tous les médicaments ont des effets secondaires et sont dangereux mal prescrits. L’aspirine tue des milliers de personnes tous les ans !

Publicités
Catégories :Contrats, Scandale Étiquettes : , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :